DANIEL LANCE : LE PHILOSOPHE CHANTANT
650
post-template-default,single,single-post,postid-650,single-format-standard,bridge-core-1.0.5,cookies-not-set,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,transparent_content,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive

DANIEL LANCE : LE PHILOSOPHE CHANTANT

Il y a dans la vie, des êtres qui vont au bout de leurs désirs et de leurs rêves. Daniel LANCE fait partie de ces gens-là. Quel que soit son domaine de compétence, il poursuit inlassablement, parfois envers et contre tous, sa route, ses objectifs, avec zèle et assiduité. Et de flèches à son arc, il ne manque pas. Mais qui est ce polygraphe accompli, qui aujourd’hui nous présente, en avant première pour Paris En Mouvement,  son” Single allongé”, enregistré avec des pointures internationales du jazz  ?

Pour le comprendre il ne suffit pas de lui poser la question “qui êtes-vous ?”, il est d’ailleurs peu probable qu’il y réponde. Non, pour répondre à cette question, il vous faudra chercher, dans sa voix, dans sa gestuelle, ses paroles, ses écrits, son environnement, des éléments ou plutôt des fragments de réponses. Il vous faudra apprendre à écouter pour comprendre le “je” qui se cache dans ce personnage “black and white tout couleur”.

Daniel Lance est un philosophe

Sa vie et sa personnalité pourrait se résumer à ces quelques vers, d’un troubadour occitan du XIIème siècle, Bernard de Ventadour, qu’il étudiera après le lycée, à l’Université de Paris-Sorbonne en 1984 : “Ce n’est pas merveille si je chante, mieux que nul autre chanteur, car je tourne davantage mon cœur à l’amour”.

Daniel Lance est un chant d’amour…

Un chant d’amour pour Jean GENET auquel il dédiera sa thèse de doctorat en Lettres Modernes : “La figure de l’ange dans l’oeuvre de Jean Genet”, thèse soutenue avec mention “très honorable” en 1988 à la même Université Paris IV, qui sera suivi, plus tard d’un livre, en 2004, intitulé : “Jean Genet ou la quête de l’ange” aux éditions Harmattan. On le retrouvera d’ailleurs, en cette même année de 2004, aux côtés du metteur en scène Antoine BOURSEILLER, au Théâtre National de Nice, en première mondiale, à la “Présentation du Bagne de Jean Genet”.

Mais laissons GENET de côté, même si il y a une part de désir mimétique à explorer de ce côté-là…Ce qui est intéressant chez Daniel LANCE, c’est son parcours universitaire et ses activités d’enseignement, tout d’abord. Titulaire d’un CAPES en Lettres Modernes, Daniel LANCE part enseigner le Français et la philosophie en milieu carcéral. Et c’est  à la Maison d’Arrêt des Hauts-de-Seine, à Nanterre, puis à la prison de Fleury Mérogis, dans l’Essonne, qu’il ira enseigner la Philosophie.Débattre de liberté, de désir, en prison, n’a pas du tout la même valeur qu’à l’extérieur”, dira-t-il en précisant que la prison, aussi surprenant que cela puisse paraître, peut se révéler un véritable laboratoire d’idées”.

PRISONS : ce titre phare de l’album, enregistré à la fois en Français et en Anglais,  dépeint clairement ce que peuvent-être les ténèbres de l’univers carcéral au sein duquel Daniel a évolué professionnellement.

Le chant d’amour d’un aïkidoka …

Technique d'Aïkido

Photo : Collection privée D.Lance

Mais ce ne n’est pas uniquement dans cet univers que Daniel LANCE aiguisera ses flèches, non. C’est dans un tout autre registre, ou plutôt, une autre discipline, bien plus difficile dans la maîtrise, mais combien complémentaire et protectrice, pour lui-même et ses élèves catalogués comme “difficiles”. Cette discipline, c’est l’Aïkido, qu’il découvre aux Etats-Unis, sa seconde patrie, à la fin des années 80…

A son retour en France, Daniel Lance fera une rencontre, et pas des moindres, celle de Christian TISSIER seul maître Français à avoir reçu des mains du doshu Moriteru UESHIBA le 8ème dan Aïkikaï, avec lequel il appliquera les théories sur les limites de la communication, de son second maitre en philosophie après Réné GIRARD, l’éminent Françis JACQUES.

Tout au long de son parcours professionnel, Daniel LANCE va donc conjuguer Philosophie et Aïkido, notamment à travers une expérience de terrain très particulière qu’il romancera quelques années plus tard, en 2014, dans son premier roman : “Le prix qu’ils paieront” paru aux éditions Torticolis et Frères. Cette expérience, fruit d’une structure pédagogique hors normes pour des élèves tout aussi hors normes donnera naissance à la première classe relais des Alpes-Maritimes. Daniel Lance va s’occuper des élèves les plus violents du département et de la région.

Un chant d’amour pour des élèves difficiles…

 “Vous avez dit élèves difficiles : éducation, autorité, dialogue” la question est posée par ce spécialiste de la philosophie du langage et de la communication dans ce livre, parut aux éditions de l’Harmattan, destiné à la fois aux institutions et aux familles.

Dans cet ouvrage, fruit d’une longue et riche expérience de terrain, Daniel Lance pointe du doigt une dérive forte d’un manque de civisme et d’éducation et nous met en garde : “On s’aperçoit que certains faits divers sont des reproductions de jeux vidéos, de séries-télé ou de films”.

Sans entrer dans le registre de la compassion, l’auteur précise cependant que ces jeunes sont victimes, eux aussi, de cette société qui médiatise, parfois à outrance, cette violence qui n’est pas forcément liée comme on pourrait le croire, à une perte de repères : “ils ont des repères, mais des repères violents. C’est la loi du plus fort, mais le capitalisme à outrance est aussi la loi du plus fort, vous voyez ? Il faut comprendre que nous sommes dans une société violente, très violente.”

Dans ce travail expérimental de cette classe relais qui était “une relation entre la Protection Judiciaire de la Jeunesse, l’Education Nationale et une association s’occupant d’illettrisme et de jeunes en très grande violence”, l’enseignant va trouver et puiser dans l’Aïkido, “qui est une non violence efficace”, un moyen de rétablir un dialogue jusqu’alors rompu.

“Quand on a des jeunes qui sont violents avec les enseignants, rien ne sert de dire  “je suis non violent, je vous pardonne”. On ne peut-être clément que si on a les moyens d’être clément. Le problème de l’Education Nationale et de ces jeunes que l’on reçoit, et parfois  que l’on reçoit mal, est qu’on ne peut pas être clément avec eux, puisqu’ils refusent la parole du professeur” précise l’enseignant qui nous explique que son  travail a été de retrouver, “non pas la parole du professeur, mais la parole du Maitre, parce que le Maître c’est l’autorité. Mais cette autorité n’est pas une autorité qui humilie, c’est une autorité qui grandit”.

“Nous recevions dans ce centre, ces élèves difficiles d’abord par l’accueil, le silence, la communication non verbale avant de les amener  à travers l’Aïkido, à canaliser cette violence tout en enseignant de grands textes de philosophie ou de théâtre”, raconte Daniel Lance qui souhaite,aujourd’hui, apporter son talent d’Aïkidoka à des jeunes victimes d’homophobie.

“J’en ai assez de voir, à Paris, des jeunes se faire casser la gueule au motif qu’ils sont homosexuels”, nous confie, lors de la présentation de son album, celui qui est aussi professeur d’Aïkido, et qui souhaite, dès la rentrée, présenter son projet à la Mairie de Paris.

Un chant d’amour pour la musique…

“J’ai toujours chanté. Et à la maison il y a toujours eu des musiciens” confie l’artiste, en racontant la naissance de cet album. Et c’est toute une histoire, une belle histoire. Une histoire d’amitié et là-aussi d’Aïkido…

Enregistrement Daniel Lance et Rio Clemente

Daniel Lance et Rio Clemente Photo Sasha Sam

Je n’en reviens toujours pas. C’était à New-York, avec mon ami Greg O’CONNOR, qui me dit en revenant d’une séance d’Aïkido : “Je ne t’ai pas présenté à mon voisin ? Il joue du piano… Il nous attend pour l’apéro… et nous voilà parti chez le fameux voisin… C’était Rio CLEMENTE. Le pape du  jazz si vous voulez”, confie le chanteur en décrivant la scène. “Au mur , dans l’entrée, des photos des plus grands noms du jazz qui remercient Rio, et une lettre du Président Barack OBAMA, et de sa femme Michelle, le remerciant d’avoir joué pour eux à la Maison Blanche” narre Daniel LANCE, les yeux pétillants d’émotions.

“Donc il nous invite à prendre l’apéritif, avec un vin italien, je m’en souviens encore. Et à un moment donné il me dit : “Tu vois, Daniel, ce Steinway ? C’est le mien. Personne ne pose ses doigts sur mon Steinway. Mais toi, c’est différent, je veux t’écouter. Joue !”.

A cette invitation, Daniel LANCE cherchera comment s’échapper, “mais pas moyen”, sourit-il. Et le voici, posant les doigts sur le fameux Steinway, se mettant à jouer et à chanter  “un peu de Léo FERRE, un peu de Charles TRENET” et surtout quelques-unes de ses propres compositions. Rio CLEMENTE apprécie au point qu’il lui proposera d’enregistrer, avec son Trio !

“Un honneur absolu et un véritable bonheur d’avoir enregistré ce Single avec le TRIO RIO CLEMENTE. Vous imaginez ? Vous avez le talentueux guitariste Flip PETERS, le bassiste Gene PERLA, celui qui a accompagné Sonny ROLLINS, Miles DAVIS, Franck SINATRA” raconte l’auteur, compositeur et interprète Daniel LANCE.

Aux viles critiques qui ne manqueront pas d’y trouver à redire, on a envie de répondre, à l’heure où un autre artiste, non moins prestigieux comme le pianiste russe Alexandre SOLOPOV, qui vient d’enregistrer, avec Daniel LANCE, une reprise émouvante de “Seras-tu là ?” de Michel BERGER, que le commencement d’une oeuvre est la moitié de tout. Puisse-t-elle être celle d’un philosophe chantant.

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.